A propos de

À 16 ans, Elias Kamaratos découvre dans une vieille malle un appareil photo reflex argentique ayant appartenu à un oncle décédé à l'âge de 28 ans.  Il trouve avec l'appareil des centaines de diapositives retraçant les voyages de son oncle à travers le monde.  Fasciné par ces images illustrant une vie dont il avait tant entendu parler, il récupère l'appareil et apprend  à charger la pellicule.  C'est ainsi que sa passion pour la photographie naîtra.

 

Après avoir étudié les sciences, il fait carrière en tant qu'enseignant en lycée pendant 21 ans,  un métier qui lui apporte joies et satisfactions.  Au cours de ces années, il continue à photographier et à expérimenter différentes techniques, différents genres et styles.  À l'ére de la pellicule et afin d'avoir le plein contrôle de son travail photographique, il s'essaie même au traitement en chambre noire.

 

Après avoir lu «The Element» de Sir Ken Robinson, il décide de reprendre ses études afin d'approfondir ses connaissances de la photographie.  C'est à l'ère du numérique qu'il parvient enfin à trouver "son"élément.

 

Lorsqu'il photographie, son objectif est de capturer avec son appareil ce moment décisif où les éléments qui composent une image (composition du sujet, lumière, couleur) évoquent l'intérêt, la curiosité et surtout les émotions du spectateur.

 

En tant que spectateur, il est lui-même attiré et intrigué par ces images intelligentes qui obligent à y regarder à deux fois avant de comprendre le message caché du photographe qui exprime ses pensées dans le temps et l'espace à travers le support visuel.  C'est ce qu'il s'efforce de faire en photographiant, créer des images qui «parlent» à des dimensions et des niveaux différents.

 

Aujourd'hui, il vit avec sa famille à Nuits Saint Georges, près de Dijon, où il dirige son entreprise, ekPHOTO, offrant un service de photographie freelance.